L’amendement loft pour reconquérir les friches industrielles

La France fait face à une désindustrialisation croissante : les friches industrielles se multiplient, laissant des terrains inexploités, un environnement à l’abandon. Pour pallier à ce phénomène, les parlementaires ont conçus une incitation fiscale de grande ampleur : « l’amendement loft ».

L’amendement loft : 30% d’abattement sur la valeur locative

Proposé par le député Dominique Baert (PS), l’amendement loft a été voté dans le projet de loi de finances de 2016. Concrètement, cet amendement permettra aux propriétaires construisant dans ces friches industrielles ou commerciales de réduire de manière appréciable le montant de la taxe d’habitation et de la taxe foncière. Toutefois, cet abattement sera mis en place à la discrétion des communes qui souhaitent revitaliser ces espaces laissés à l’abandon. Les PLU devront donc être révisés, la politique de l’aménagement du territoire repensée.

Cet abattement, qui a été créé en 2014 puis abrogé en 2015, est donc de nouveau programmé pour 2016. En effet, les politiques ont apprécié les effets de cette incitation fiscale sur le paysage urbain. Là où les villes ou quartiers étaient sinistrés économiquement, une mixité sociale a revu le jour, redessinant la ville et apportant de nouvelles perspectives économiques. Comme le rappelle Patrick Kanner, ministre de la Ville, cet amendement « est un instrument de mixité sociale qui permet de donner une nouvelle vie à certaines usines fermées depuis longtemps en facilitant l’installation d’habitants dans les lofts ».

amendement loft 2

Bâtiment désaffecté à Saint-Denis-des-Murs qui pourrait être reconverti en loft – Daniel Sanvoisin / Flickr

Malgré l’incitation, des difficultés persistent

L’amendement loft risque pourtant de ne pas donner lieu aux effets escomptés. En effet, un frein majeur au succès de cette démarche reste le coût de la construction. Alors qu’en moyenne, ce coût est estimé à 1300-1400€/m², le coût de la réhabilitation de locaux industriels ou commerciaux dépasse les 1800€/m². De toute évidence, mettre aux normes de tels bâtiments, notamment thermiques, risque de coûter plus cher que de construire à partir d’un terrain vierge. Il s’agit là de démolir un grand nombre d’éléments structuraux, de construire en gardant les structures métalliques, de refaire les isolations et parfois la toiture, de réhabiliter les jardins, d’organiser de nouveaux aménagement publics…

L’autre frein à la réussite de l’amendement loft est la situation de ces biens nouvellement créés. Tandis que les lofts qui se créent actuellement en lieu et place d’entrepôts situés dans des quartiers d’habitation, bâtir des lofts dans des friches industrielles risque d’être bien moins attractif. A défaut d’une réhabilitation complète de l’environnement et de créer un cadre de vie propice, il semble incertain que cet amendement loft soit réellement incitatif. Les communes qui souhaitent pousser les investisseurs à bâtir sur ces zones « désaffectées » devront par conséquent réaménager le territoire avant d’espérer attirer les futurs propriétaires.

  • PARTAGER

Les commentaires sont fermés.

Parlez nous de votre projet